Kameyoko 03/04/2009 22

Je suis une légende de Richard Matheson

« Je suis une légende » de Richard Matheson

Une oeuvre culte et pour cause!

C’est un livre qui me tentait depuis pas mal de temps. Mais ma volonté de me cantonner à la fantasy me l’a fait un peu oublier. J’avais également beaucoup apprécié le film avec Will Smith regrettant juste une fin un peu trop hollywoodienne. En ayant lu le livre on se rend compte qu’il y d’énormes différences avec le livre.

Ce titre avait sombré parmi les la liste des « titres à lire » qui ne cesse de s’agrandir. Mais voilà récemment, je suis tombé sur l’article d’If is Dead. Du coup, ça m’a redonné envie de le lire. Ni une, ni deux je me le suis procuré. Comme je savais que j’allais finir très prochainement un tome de la saga « La Roue du Temps« , je me suis dit que c’était le bon moment pour le lire. D’autant plus qu’avec moins de 250 pages ce n’est pas ce qui me retardera trop.

Maintenant c’est devenu une sorte de rituel. Entre chaque tome de la « Roue du Temps« , je lirai un « petit » livre (si possible un one shot). J’avais commencé avec « Autre Monde – L’alliance des trois » de Maxime Chattam, j’ai poursuivi avec le roman de Matheson.

Mais avant ça un petit résumé.

Résumé de « Je suis une légende »

Avant le résumé, petit détail qui a quand même son importance. Ce livre a été publié en 1954.

L’histoire, sans trop spoiler est la suivante :

Au milieu des années 70 une mystérieuse épidémie a décimé la population. En l’espace de quelques mois, les personnes atteintes se transforment en vampire en quête de sang.
Robert Neville a perdu sa femme et sa fille. Depuis il vit seul chez lui.
Neville est le dernier humain vivant dans son quartier de Los Angeles à défaut d’en savoir plus. Est-il le dernier représentant de la race humaine?

Dans ce nouveau monde, il va essayer de survivre. Son quotidien est très routinier. La nuit, il se cloître chez lui, pendant que les vampires assaillent sa maison. Il essaie de dormir malgré les bruits et la présence de ces créatures qui furent jadis ces voisins, ses amis… C’est toujours un moment très dur pour lui. Il doit oublier qu’il est seul, oublier son existence passée afin de se forger une carapace, oublier les tentations de la chair quand des vampires femelles se montrent obscènes, ne pas succomber à la tentation de sortir et en finir une bonne fois pour toute. Une des solutions qu’il trouve à cela est de sombrer dans l’alcool. Mais souvent, cela n’est pas suffisant pour calmer ses angoisses et ses questionnements (pourquoi survivre?).

Le jour, il le consacre a réparer les dégâts causés par les vampires, reprotéger sa maison, par exemple en disposant des gousses d’ail… Tous les jours il doit porter les corps des vampires morts dans la fosse. Il s’approvisionne, se ravitaille. Il en profite aussi pour les chasser, nettoyer son quartier de ces êtres qui se terrent le jour dans une sorte de coma, tout en prenant garde à rentrer avant la tombée de la nuit.

Bref, son quotidien c’est de survivre. Mais difficile quand on est seul, quand tout ce qui nous rattachait à la vie a disparu. Difficile de trouver une raison de vivre. Neville, lui-même ne sait pas trop pourquoi il s’efforce de vivre. Peut être l’espoir tenu qu’il reste d’autres humains comme lui.

Mais son semblant de vie va être perturbé par une découverte qu’il va faire lors d’une de ses sorties. Une vampire est morte alors qu’il lui a planté son pieu non pas dans le coeur. De même pourquoi meurent-ils à la lumière du soleil?

C’est à ce moment que Robert Neville, ce grand blond aux yeux blonds, va s’interroger sur les causes de cette épidémie et sur la nature même d’un vampire. A partir de là, il va s’efforcer, avec ses maigres connaissances de comprendre ce virus et ces êtres.

Dès lors son quotidien va être changé. Il a trouvé une raison de survivre encore un peu.

Evidemment il se passe plein d’autres choses dont un évènement très important, mais je ne peux pas aller plus loin sans révéler ce qui fait un des intérêts de cette oeuvre.

Un classique, très loin du film avec Will Smith

Autant le dire de suite, le livre est très différent du film. A part le postulat de base, à savoir un homme seul essayant de survivre face à des créatures sortant la nuit, ils n’ont pas grand chose à voir.

Loin de moi l’idée de critiquer l’un ou l’autre. Les deux sont très biens, mais complètement différents.

Le livre est très court : moins de 250 pages, mais pourtant il est extrêmement riche. Matheson a réussi la performance de construire une background, un personnage, un message d’une puissance énorme en si peu de page.

Ce petit bijou se boit comme du petit lait. Le style d’écriture est très agréable à lire et très facile. On rentre très rapidement et facilement dans le récit tant le personnage de Neville est fort.

Première partie : la survie

La première partie du livre est axé sur ce personnage, sa routine, ses sentiments, sa survie. On sent vraiment toute la détresse du personnage, toute sa palette d’émotions très crédibles étant donné les circonstances. Ce Robert Neville est au final un homme tout ce qu’il y a de plus commun. Pourtant, le talent de Matheson nous permet de se prendre d’affection pour ce survivant. On partage ses doutes, ses craintes, sa façon d’aborder cette situation, son humanisme. C’est vraiment un personnage très touchant et terriblement humain, là où le monde est dominé par des vampires.

Pour résumer cette première partie en une phrase : il essaie de survivre!

Deuxième partie : la recherche

La deuxième partie marque la réorientation de sa vie, de son train-train quotidien. Il va enfin trouver une raison de se lever chaque matin. Il subit moins la vie, il la vit.

En effet, suite à un évènement il va s’interroger sur les raisons de cette épidemie et sur les vampires. Qui sont-ils? Pourquoi ont-ils peur du soleil, de l’ail, des croix…

L’auteur nous donne une vision originale, pour l’époque, du mythe du vampire. Il va essayer de jouer sur l’aspect scientifique. Au départ Robert Neville lutte contre les vampires en se basant sur ses croyances et sur les mythes liés aux vampires : ail, pieu, croix, miroir… Mais petit à petit il va essayer de trouver une explication rationnelle et donc de s’éloigner de ses préjugés.

Il va donc s’équiper progressivement, s’instruire pour mieux étudier comment on devient vampire, et donc comment mieux lutter. C’est aussi, pour lui, une façon de trouver un sens à sa lutte. Secrètement il espère trouver quelque chose pour les « soigner ».

Cette approche permet de redonner un nouveau souffle au roman. On se plait à suivre avec lui ses découvertes, ses évolutions, ses erreurs, ses hypothèses… Cet aspect permet de s’éloigner un peu du fantastique avec juste du vampire, pour donner un coté plus réaliste.

On suit le héros dans sa quête de connaissances et de réponses. Au début il n’y connait rien, il se décourage en pensant qu’il n’y arrivera jamais qu’il n’est pas assez doué. Mais petit à petit il devient autodidacte et devient capable de formuler des hypothèses crédibles à certaines questions qu’il se posait.

Cette « scientificité » ajoute un vrai plus à ce roman. Même si, je pense, scientifiquement ce n’est pas possible et que certains cheminements sont erronés, c’est très bien vu. Je trouve que ce changement est là aussi très plausible et correspond bien à ce que l’on peut imaginer que l’on ferait dans un cas comme celui-ci.

Troisième parte : l’inévitable fin

Voilà on attaque l’ultime et meilleure partie du roman. Je ne vais pas développer au risque de trop en dire et donc de gâcher un peu la surprise. Toute débute avec un évènement très marquant pour Neville. Et tout découlera de cela. L’auteur nous propose une toute autre vision de son roman. Cela nous fait voir les évènements précédents autrement.

Il y a une chose que je n’ai pas trop aimé, mais difficile d’en parler sans spoiler.

Mais cette fin est vraiment superbe. Notamment la dernière page est magnifique avec un vrai message.

Au niveau stylistique, la dernière phrase est d’une profondeur inouie. J’ai adoré cette phrase anodine mais qui résume parfaitement cette fin. Le livre ce termine par cette magnifique phrase : « Je suis une légende« .

Je sais que cette phrase sortit de son contexte est stupide et ne révèle rien d’un quelconque génie. Et pourtant, après avoir lu ce livre, vous comprendrez toute la profondeur de cette phrase.

Conclusion

Pour aborder le livre, il est impératif de se sortir de la tête le film avec Will Smith. Ils sont trop différents. Par exemple dans le film le héros n’est pas blond aux yeux bleus, il vit de nos jours, à New York, a un super laboratoire, est dans l’armée, est surprotégé, les créatures ne sont pas forcément typé vampires, il a un chien…. Bref vraiment d’énormes différences.

Si on ne s’attend pas à retrouver par écrit l’adaptation du film, alors on trouvera un vrai bijou! le récit ne se concentre pas sur l’action mais sur le héros, ses sentiments, et son développement. On va le suivre durant près de 3 années jusqu’au dénouement. On s’attache beaucoup à cet homme, à sa survie. Au point qu’une scène aussi banale que le fait de croiser un chien prend un dimension émotionnelle importante.

Matheson mélange les genres, on va passer de l’émotion à l’introspection en passant par le fantastique tout en proposant une sorte d’enquête.

Son style littéraire a tout pour plaire, c’est clair, direct, immersif. De même les choix utilisés pour relater son récit sont bien trouvés (surtout pour faire si peu de pages). Le style « journal de bord » avec plus ou moins des dates renforce le coté « je suis seul au monde ». Les flashbacks sont bien amenés et permettent d’en savoir plus sur le passé du héros tout en faisant avancer la compréhension des choses actuelles.

Pour moi le must reste vraiment cette dernière page que je trouve très puissante.

On regrettera juste le fait que les vampires soient des vampires « classiques ». Mais compte tenu de la date de publication, on ne lui en tiendra pas rigueur. Pour le reste c’est du bonheur en barre!

En conclusion, un superbe livre qui fait maintenant parti de mes incontournables. J’invite tout le monde à le lire et ce d’autant plus que c’est court. Habitué de mes longues sagas de fantasy, je me demandais si on pouvait, en peu de pages, être totalement immergé dans l’univers. La réponse est OUI!

Un vrai coup de coeur. Merci à If is dead de m’avoir indirectement motivé à enfin le lire.

Qu’avez-vous pensé de la fin? Ne trouvez-vous pas, vous aussi, que cette dernière phrase est très profonde ?


22 commentaires »

  1. Azariel 03/04/2009 at 17:57 -

    Je me pose une question : j’en ai déjà parlé avec Loky, je connais son point de vue. Mais j’avoue ne pas le comprendre.

    Toi, trouves-tu que le film soit une « bonne adaptation » ? Je ne parle pas d’une « adaptation fidèle », ni de la qualité-même du film. Mais trouves-tu que le film respecte l’oeuvre dans son essence, dans son esprit ? En clair, pour me répéter, trouves-tu que c’est une « bonne adaptation » ? A fortiori, ma réponse est non. Je sais que la réponse de Loky est oui. j’aimerai que tu développes sur cette question.

  2. praska 03/04/2009 at 18:38 -

    Bon je suis content que ce livre t’ai plut !

  3. Kameyoko 03/04/2009 at 20:16 -

    @Praska : ouais j’ai bien aimé. Je le conseille vraiment.
    @Azariel : Le hic c’est que j’ai vu ce film qu’une fois à l’époque de sa sortie, donc …Clairement c’est pas une adaptation fidèle ca c’est un fait mais ça n’en demeure pas moins un excellent film.

    Pour moi ce film est inspiré par le roman mais c’est pas une adaptation. Rien des éléments différenciant du livre n’est dans le film. Pour moi, l’esprit n’est pas le même.

    Les créatures du livre sont des vampires et c’est important, dans le film c’est pas important (enfin on sait même pas que c’est des vampires). Le film pour reprendre mon découpage commence à la deuxième phase. Toute la partie sur la routine sans réel but n’est pas présent, on n’a pas la pensée du héros. De plus Neville est un mec ordinaire qui ne cherche pas à être un héros contrairement à Will Smith qui est un mec de l’armée et qui cherche à sauver l’humanité.

    Pour en revenir aux vampires, leur société à une vraie importance, dans le film on ne s’intéresse pas à eux. Il y a un coté « monstres » alors que dans le livre il y a encore une part d’humanité.

    La fin quand à elle trahit l’essence du livre. Le « Je suis une légende perd sa signification du le livre (pour en donner une autre). Le message n’est pas le même, la conclusion n’ont plus. Pour moi c’est ça qui fait que ce n’est pas une adaptation fidèle.

    C’est un film inspiré d’un livre pas adapté. Pourtant j’aime bien le film

  4. mathilde 04/04/2009 at 23:18 -

    Merci pour cet article fort intéressant.

  5. if is Dead 05/04/2009 at 12:03 -

    Azariel > J’adore le film, mais dire que c’est une bonne adaptation c’est faire preuve de n’importe quoi-isme quand même :shock:

    Le SDA est une bonne adaptation, Je suis une légende c’est comme I, Robot: ce sont des films « inspiré de ».

  6. iti1801 05/04/2009 at 19:14 -

    Je sais que ce bouquin est un classique du genre, mais c’est encore des nombreux livres à lire d’une pile qui désemplit de moins en moins, mais il ne m’a jamais vraiment attiré plus que ça… ; d’autant plus que le film ne me disait pas des masses non plus (je ne l’ai donc pas vu…) et qu’il semble avoir eu pas mal de critiques plus que mitigées…
    Mais je ferai peut-être une exception, vu sous cet angle

  7. Kameyoko 06/04/2009 at 17:15 -

    @Mathilde : De rien. Et merci pour la soumission à Digg France.

    @If is Dead : Faudrait que je me renseigne sur I robot pour le lire. Sinon je suis assez d’accord. Je serai curieux de voir les arguments de Loky.

    @Iti1801 : Outre la qualité de ce livre, l’autre gros avantage c’est qu’il fait 230 pages. Ca se lit super vite. En 3 soirée c’est fini. Ca serait dommage de passer à coté avec un bouquin si rapide

  8. if is Dead 06/04/2009 at 20:40 -

    @Kameyoko > pour I, Robot, ma critique est déjà prête à être publiée donc t’auras pas à chercher bien loin :P Je l’ai fini vendredi dernier

  9. Kameyoko 07/04/2009 at 16:44 -

    @If is dead : J’attends donc la critique. Le film m’avait plu mais sans plus. Je me demande donc si le livre est mieux ou pas

  10. if is Dead 07/04/2009 at 16:54 -

    Kameyoko > Le film et le livre ont encore moins à voir ensemble que Je suis une légende et son « adaptation » :p

    Le livre est vraiment excellent, sauf si on déteste asimov. C’est par ici http://ifisdead.net/livres/les-robots-de-isaac-asimov/ :p

  11. vive les livre 22/11/2010 at 18:13 -

    oui le livre est genial en revanche le film lui et un peut moin reussi car mieu vau la bonne vielle literrature!!=)
    :razz: je e conseil a tout les mordues de szcience fiction ou de fantastique!!=)
    mici
    <3<3<3<3<3<
    33333
    PS:MAUPASSANT RESTE LE MEILLEUR(ex:PIERRO OU ENCORE LA MAIN))=)

  12. cercle-blanc 04/01/2011 at 19:09 -

    Salut!
    J’ai lu le livre, je l’ai trouvée très bien mais je ne vois pas de quoi tu parle quand tu dis:
    « Tout débute avec un évènement très marquant pour Neville. Et tout découlera de cela. L’auteur nous propose une toute autre vision de son roman. »
    tu peux pas donner un petit indice supplémentaire?

  13. BenCortman 13/01/2012 at 17:56 -

    Très bon article et très bonne analyse !!! Tu l’as si bien dit, les émotions sont très très bien amenées dans ce livre, et le moindre évènement, si peu important soit-il, est brillamment exploité.
    Pour le coup de la réplique de fin, je suis pas convaincu.. J’ai été personnellement bien plus saisi par la breveté et l’intensité de la réplique finale au sujet du chien, ou encore celle de la « montre arrêtée » …
    Par contre, chose importante à noter, il s’agit pour nous d’une version traduite, et même si le travail d’interprétation est plutôt réussi, ce n’est pas l’oeuvre originale de Matheson en anglais…
    Pour ce qui est du film ac Will Smith, dire que c’est une adaptation fidèle ou une bonne adaptation serait pour moi totalement déplacé. Le simple concept du « dernier homme sur Terre » est repris, et c’est tout. De toute façon, et même si le livre est court, il aurait été impossible de retransmettre en une heure et demi de film toute l’information et l’émotion qu’offre la lecture du roman. Les émotions n’ont rien à voir, pour moi le film est simplement visuel, genre : « Will Smith y fait d’la muscu. Waw, New York vide et sous la végétation, Ahh t’as vu, il fait du golf sur un porte-avion, OMG, Y z’ont tué l’chien… » Les scènes d’action du film sont douteuse, bruyante et digne d’un film d’Hollywood, alors que celle du livre sont tout bonnement saisissantes !

    Pour terminer, j’ajouterais que j’ai lu L’Homme qui rétrécit, du même auteur, sans plus.
    D’un point de vue personnel, je vous conseil, je vous conseille la saga des Robots, de Isaac Asimov ( eux aussi très mal adaptés au cinéma ) pour le coté fantastique futuriste/rétro. Et La Planète des Singes, de Pierre Boulle, dans le genre « réplique de fin très très intense »
    Merci aux lecteurs courageux.

  14. stclair 04/04/2012 at 21:26 -

    est ce que quelqu’un pourrait me dire le nombre de pages de ce roman svp :grin:

  15. Friki 13/02/2013 at 23:06 -

    Bonjour, j’ai vraiment adoré ce livre, et je souhaiterai vous demandez si vous ne connaissiez pas d’autre livre dans ce genre-ci, oú il y a un seul homme qui essaie de survivre dans un monde post-apocalyptique. merci d’avance !

  16. Kameyoko 15/02/2013 at 18:07 -

    @Friki : Je ne suis pas un spécialiste du genre, mais des romans post-apocalyptique, je n’en connais pas des masses. Et encore moins d’un homme seul.

    De tête, il y a « La Route » de Cormac McCarthy très percutant. Sauf qu’il concerne un père et son fils :
    http://www.fant-asie.com/la-route-de-cormac-mccarthy/

    Mais comme ça de tête, je n’en vois pas des masses de plus :S les faucheurs sont les anges peut-être :
    http://www.fant-asie.com/critique-les-faucheurs-sont-les-anges-de-alden-bell/

  17. Friki 23/02/2013 at 12:16 -

    Je vous remercie de votre rapidité !
    Je cours de ce pas les acheter et les dévorer.
    Bonne journée à vous et longue vie à fant-asie.

  18. Clara 28/03/2013 at 23:23 -

    Merci beaucoup, j’ai un Control sur ce livre demain et ton résumé me sauve la vie! Il faut bien que je me remette l’histoire en tête. Mais je n’ai pas compris de quel événement du parle à la fin de la partie 1? Du chien?
    Bref, même si je reconnais ne pas être une grande littéraire, en même temps je n’ai que 13 ans, ce livre m’a beaucoup plu! Je trouve le personnage de Neville très profond et attachant. Personnellement, j’ai adoré la fin.
    « Je suis une légende »….

Laisser un commentaire »