. Friends Games – tome 1 de Mikoto Yamaguchi et Yûki Satô | Fant'asie
Kameyoko 23/02/2017 1
  • Scénario
  • Graphisme

Friends Games - tome 1

Friends Games – tome 1 de Mikoto Yamaguchi et Yûki Satô

Aurez-vous confiance en vos amis ?

Friends Games a le mérite de ne pas mentir sur son contenu. Dès l’évocation de ce titre, on devine que l’on aura à faire un à « game manga » dont raffole les éditeurs en ce moment. Personnellement, j’avoue être un peu noyé sous la masse de ces titres et en avoir un peu marre, faute de renouvellement et de titres réellement de qualité.

Mais celui-ci proposera-t-il quelque chose de novateur ? Mettre au centre du récit l’amitié est-elle une bonne idée ?

Friends Games – tome 1 de Mikoto Yamaguchi et Yûki Satô est édité par Soleil et est disponible à la vente depuis le 23 novembre 2016.

Résumé de Friends Games 1 chez Soleil

Résumé de l’éditeur :

Shiho Sawaragi, se fait voler l’argent du voyage de classe dont elle était responsable. Le coupable est forcément l’un des ses camarades! Quelques jours plus tard, cinq élèves dont Shiho sont enlevés et forcés de participer au « Jeu de l’amitié » afin de rembourser la dette de l’un d’entre eux.
S’engage alors une guerre de nerfs sur fond de calculs, trahisons et révélation blessantes…

Coopérer au « Jeu de l’amitié » ?

Comme son nom l’indique ce Friends Game est un nouveau manga de type « Game » mais pas survival Game. Ici, du moins dans ce premier tome, il n’est pas question de survie mais plus d’éponger des dettes. On s’éloigne ainsi de la pléthore des titres Survival Game qui déferlent depuis quelques temps en France.
Pour pousser la comparaison, on est beaucoup plus proche d’un Liar Game qu’un Dead Tube ou autre Hunt, Jeux d’Enfants

Le principe réside dans le fait de soumettre un groupe d’amis à des épreuves et de tester leur amitié au travers de jeux retors. Pour cela, nous suivons Yûichi Katagiriami avec 4 autres lycéens. Ils sont censés être proches les uns des autres. Mais leurs certitudes vont être mises à mal lorsque Shiho, une de ses amies se fait voler, dans son casier, l’argent qui devait servir à leur voyage de classe.
Peu après les 5 amis sont enlevés et se retrouvent dans un lieu mystérieux. Une étrange créature nommée Manabu, leur explique la situation en leur indiquant qu’ils vont participer à un jeu de l’amitié pour éponger les dettes de l’un d’entre eux. En réalité, ils vont devoir jouer à des jeux « tordus » ayant pour but de mettre à rude épreuve leur amitié, en les poussant à se trahir.

Ce premier tome nous explique donc le principe de ce jeu qui n’a rien d’amusant. Le tout se veut assez introductif et « instructif ». Le héros est brièvement introduit, de même que ses amis. Puis le « Jeu de l’amitié » commence avec un premier jeu aux fausses apparences de simplicité. On aura également le droit au début d’une autre épreuve.
On sent que les mangakas posent les bases de leur « friend game » avec des jeux à priori simples mais qui peuvent s’avérer terriblement stratégiques et pervers. Mais pervers dans le sens sadique. Car avec Mikoto Yamaguchi, que l’on connait pour Scumbag Losers et Dead Tube  en tant que scénariste, on pouvait craindre une certaine perversité mais dans le sens sexuel. Il n’en est rien ! Et c’est plutôt une bonne chose. Ce Friends Games joue la carte de l’intelligence, des intrigues et des coups tordus plutôt que celle de la violence et du sexe (qu’affectionne pourtant le mangaka). Espérons que ce choix perdure et qu’on ne tombe pas dans la violence extrême et le fanservice gratuit.

Ces différents jeux ont le mérite de donner une impression de fausse facilité/ simplicité. Mais les auteurs parviennent à corser le tout et rendre le déroulement haletant. Ces « jeux » vont demander beaucoup de réflexion pour s’en sortir ou juste limiter la casse. Surtout que tout est fait pour que chacun se la joue perso au détriment de ses amis. On s’amuse donc à élaborer aussi des stratégies pour que tout le monde s’en sorte, à essayer de deviner les intentions et actes de chacun… De plus, on soupçonne que chaque jeu, va mettre en avant un aspect de l’amitié de chacun, pour faire éclater quelques vérités. Nul doute qu’au travers des difficultés les personnalités vont s’affirmer et quelques dossiers sortir. C’est d’ailleurs le cœur même du deuxième jeu.

Les mangakas laissent déjà planer quelques indices sur les commanditaires de ce jeu et sur sa portée. Car on voit quelques personnages aux manettes. Et certaines déclarations donnent quelques indices, même si tout reste mystérieux.

Le principal reproche que je ferais à ce Friends Games concerne les personnages. Tout d’abord ils ne respirent pas l’originalité. Doux euphémisme pour dire qu’ils sont même carrément clichés. Entre notre héros gentil et pauvre, mais fidèle en amitié, le beaugosse riche, sportif, populaire…, l’intello à lunette posé, la très droite fille au sens de la justice aiguisé et enfin la douce demoiselle à forte poitrine. Surtout que le scénariste a finalement peu le temps de les introduire et les caractériser. Il ébauche un début de portrait mais ne va guère plus loin. On sent néanmoins, la volonté de les développer au travers des épreuves et des révélations qui pourront y être faites.
Ce manque de caractérisation joue sur la dynamique de groupe. Jamais les 5 individus ne font réellement amis. On ne sent pas ce qui les unis, ni même une forte amitié. Ce qui fait qu’on ne souhaite pas plus que ça de ne pas voir leur groupe voler en éclat.
Mais il ne s’agit que d’un premier tome et je ne doute pas que Yamaguchi va les travailler un peu plus par la suite.

Graphiquement, le travail de Yûki Satô manque un peu de personnalité mais il fait le travail efficacement. J’ai trouvé son style un peu passe-partout et oubliable. Pourtant objectivement, ses planches sont plutôt bonnes et les personnages expressifs. Mais, je ne sais pas j’ai trouvé le tout un peu trop fade et trop propre.

Pour conclure, Friends Games – tome 1 de Mikoto Yamaguchi et Yûki Satô offre une introduction efficace. Ce « Game » propose un concept intéressant même si les enjeux sont un peu faibles et sortis de nul part. La curiosité du lecteur est piqué à vif par des jeux plus stratégiques que ce que l’on imagine. Surtout que, pour l’instant, tout est basé sur l’intelligence et autres réflexions égoïstes ou au contraire altruistes. Mais des personnages peu intéressants et une narration, peut-être un peu trop convenue, viennent noircir le tableau.
Mais ce Friends Games a le potentiel pour, à défaut d’être un chef-d’oeuvre, être un seinen efficace. A voir si ça confirme avec le deuxième opus.

 

Et vous qu’en avez-vous pensé ?


Un commentaire »

  1. Stéphanie 07/03/2017 at 09:44 -

    Tout simplement mon manga préféré, dommage qu’il ne soit pas aussi connu en france !

Laisser un commentaire »