Torospatillo 03/05/2012 8


Neverwinter, livre I :Gauntlgrym de R.A. Salvatore.

Le titre où on n’y comprend rien.

Drizzt Do’Urden fait parti de ces personnages des littératures de l’imaginaire dont on entend souvent parler. Toutefois se lancer à la découverte de ce personnage peut s’avérer compliqué, voir décourageant. En effet la série des Royaumes Oubliés se compose d’un nombre impressionnant de romans.

Les Royaumes Oubliés, si j’ai bien compris, est un monde crée par Ed Greenwood pour le célébrissime jeux de rôle Donjons et Dragons. Le Drow (comprenez Elf Noir) Drizzt est certainement le personnage le plus connu de cet univers et l’on doit sa création à R.A. Salvatore.

Aussi quand j’ai vu que Milady publiait une trilogie autour de Drizzt signée du créateur du personnage, je me suis dit que ça serait un bon début pour me familiariser avec ce personnage de légende.
Toutefois je me suis retrouvé complètement perdu devant la couverture de l’ouvrage où l’on peut lire dans l’ordre : “Dungeons & Dragons, Les Royaumes oubliés, Gauntlgrym, Neverwinter, Livre I”. Pour faire simple, j’appellerai donc cette ouvrage Gauntlgrym pour ma chronique, et encore je trouve ça très étrange ce titre en anglais alors que le terme est traduit dans le roman par Gontelgrime. J’imagine que c’est un problème de licence et de cohérence avec le reste de l’univers. Bref, passons…
Un petit mot sur la couverture que j’ai trouvé à première vue superbe, mais qui finalement après lecture s’avère un peu étrange puisque le combat entre les deux personnages présentés n’a pas lieu, et que Dahlia le personnage féminin n’y est clairement pas à son avantage…

Résumé de Gauntlgrym chez Milady.

Gauntlgrym, patrie légendaire des Nains.
Dans ce royaume perdu, symbole de leur âge d’or, brûle un feu de forge éternel. C’est la terre promise que le roi Bruenor recherche depuis plus d’un demi-siècle, et qui représente la quête ultime. Bruenor n’hésite pas à abandonner le trône de Castelmithral au profi t de son rêve de toujours : celui de pouvoir poser les yeux sur la gloire de Gauntlgrym. En compagnie de l’elfe noir Drizzt Do’Urden, son fi dèle compagnon, le roi des nains entreprend une quête périlleuse qui le mènera droit vers la ville de Padhiver et ses secrets ancestraux.
À la croisée des chemins des Royaumes Oubliés et de La Légende de Drizzt, Neverwinter inaugure une nouvelle génération d’aventures de Dungeons & Dragons.

Classiquement enthousiasmant.

Je ne vais pas entretenir le suspens plus longtemps ma première excursion dans le monde de Drizzt c’est faite avec grand plaisir.
R.A. Salvatore maîtrise son sujet et arrive à faire pénétrer avec facilité le lecteur dans son récit et dans l’univers des Royaumes Oubliés. On sent bien toute la richesse de l’univers mis en place depuis des années, on ressent également peser le poids de certains évènements sur l’histoire qui nous est contée. Mais tout est ici introduit avec parcimonie et légèreté, et non à coup de gros résumés peu subtiles, le tout sans jamais perdre le lecteur. Sur ce point, le récit est admirable, je n’aurai jamais pensé un univers tel que celui des Royaumes Oubliés aussi facile d’accès.
Cette facilité d’accès vient peu être aussi du fait que Gauntlgrym (mais je pense que c’est également le cas pour l’ensemble du cycle des Royaumes Oubliés) est un récit de fantasy “classique” ; comprenez qu’on y retrouve des Elfs, des Nains, des Orcs, de la magie, des méchants démons, des armes enchantées, etc…
La trame scénaristique est également simple, Drizzt et le Roi Bruenor partent à la recherche de la légendaire citée de Gaunlgrym, et en chemin, ils croiseront leur lot de compagnons et d’ennemies. Attention, bien que simple le scénario n’est en aucun cas simpliste, et on suit les aventures de nos héros avec beaucoup de plaisir et on enchaîne les pages très rapidement au rythme de nombreux rebondissements et affrontements…
Toutefois, j’ai regretté quelques longueurs lors des combats, R.A. Salvatore s’efforçant de décrire avec précision les différentes passes d’armes, pour un résultat quelque peu brouillon et peu captivant. J’ai également déploré quelques répétions dans le récit, mais ces dernières ne viennent en aucun cas remettre en cause les qualités intrinsèques de ce roman.
Les personnages quant à eux sont très bien construits et attachants, notamment les Nains et leur fort caractère. Drizzt quand à lui n’est pas le personnage auquel je m’attendais, je ne le pensais pas aussi torturé, mais ici encore ma non connaissance des autres cycles m’est certainement préjudiciable.
Enfin, j’ai beaucoup apprécié l’utilisation du temps faite par l’auteur. Les Elfes et les Nains pouvant vivre plusieurs centaines d’années, leur notion du temps est très différentes de celle des humains, et cette situation est exploitée avec intelligence par R.A. Salvatore.
Pour conclure, honnêtement je ne sais pas ce qu’apporte ce récit aux différents cycles des Royaumes Oubliés, mais pour un non connaisseur de cet univers il s’agit d’une très bonne entrée en matière, et je lirai la suite de cette trilogie avec plaisir. Bien que classique, ce roman est très agréable à suivre, et arrive à ne pas perdre le lecteur dans un univers déjà très largement exploité. Gauntlgrym n’est certainement pas le roman de l’année, mais il est efficace, facile d’accès et m’a donné envie d’en apprendre plus sur les Royaumes Oubliés.
Avez-vous lu cet ouvrage? Est-ce votre première lecture du cycle des Royaumes Oubliés? Avez-vous des romans se déroulant dans cet univers à me conseiller?


8 commentaires »

  1. julien 26/05/2012 at 17:16 -

    pour ceux qui ne connaissent pas ( et honte a vous bouh bouh :razz: ) le cycle de l’elfe noir est constituer de 14 livre (15 maintenant a mon grand plaisir ^^) le fait de retrouver le duo Drizzt Bruenor ensemble va réchauffé le coeur des fans ( qui a été refroidit a la mort de 2 membre de la fine equipe mais compensé par Jarlaxle qui semble pas si « méchant » qu’on l’aurai cru) je ne dirait rien sur l’histoire pour ne pas gâcher le plaisir des fans mais sachet que malgré un coté très cul cul des premiers tommes ( les gentils qui meurent jamais qui sont imbattable toussa toussa ) R A Salvatore a su s’adapter au fil du temps au fantastique d’aujourd’hui j’aurai aimer savoir aussi ce qu’est devenu Artemis Entreri l’antithèse du héros du cycle

    voila bonne lecture a vous

  2. Torospatillo 28/05/2012 at 09:41 -

    Merci pour ce commentaire de connaisseur !
    Si jamais t’as des ouvrages à conseiller je suis preneur!

  3. Beberman 31/05/2012 at 14:41 -

    Avant tout merci à l’auteur de ce billet de s’être intéresse à Toril l’univers de Drizzt. Je trouve courageux bien que très dommage de commencer cette magnifique saga par le volume 20. Oui 20 et non pas 15 comme écrit sur le précédent commentaire :

    Chez Milady Dans l’ordre

    01 Terre natale
    02 Terre d’exil
    03 Terre promise
    04 L’éclat de cristal
    05 Les torrents d’argent
    06 Le joyau du halfelin
    07 L’héritage
    08 Nuit sans étoile
    09 L’invasion des ténèbres
    10 Une aube nouvelle
    11 Lame furtive
    12 L’épine dorsale du monde
    13 La Mer des Epées
    14 Les mille orques
    15 Le drow solitaire
    16 Les deux épées
    17 Le roi Orque, par R.A. Salvatore
    18 Le roi Pirate, par R.A. Salvatore
    19 Le roi Fantôme, par R.A. Salvatore
    20 Gauntlgrym
    …21 Pad’Hiver (Neverwinter) prévu en fin d’année

    Et pour Julien pour savoir ce qui est arrivé à Artemis Entreri et Jarlax il faut lire les volumes suivants :
    06,5 Serviteur du cristal
    17,5 La promesse du roi-sorcier
    18,5 La route du patriarche
    (ex le volume 6,5 se situe entre le 6 et le 7)

    Donc si je puis conseillé quelque chose c’est de commencer par le premier volume.

    J’ai commencé la série en mars 1993 lors de la sortie de ‘Terre natale’ le volume 1 et depuis je n’ai jamais décroché.

    Si vous ne voulez pas tout lire, la trilogie « Les lames du chasseur » (Vol 14.15.16) est un must have…

    C’est un voyage dont on ne sort jamais…

  4. Beberman 31/05/2012 at 16:22 -

    « le combat entre les deux personnages présentés n’a pas lieu »

    non en effet, cette scène a lieu dans le volume suivant « Pad’Hiver » (Neverwinter) prévu en fin d’année…et sans trop en dévoiler je peux même assurer qu’il y aura bien plus qu’un simple combat entre ces deux là :oops:

  5. Torospatillo 01/06/2012 at 10:48 -

    Merci @Beberman pour ce commentaire très constructif!

    Oui effectivement il est toujours préférable de commencer une série par le début, mais une série de cette longueur peut en rebuter certains…

    Du coup merci pour le conseil de lecture « les lames du chasseur », je m’y intéresserai surement un peu plus tard!

    Et malgré les 20 tomes qui le précède je trouve que Gauntlgrym est réellement facile d’accès et donne envi de découvrir plus sur cette série, du coup je persiste dans mon idée qu’il est tout à fait possible de commencer cette série sans passer directement par le tome 1 (même si c’est préférable j’imagine).

  6. shi-shi my love 15/07/2012 at 02:40 -

    Le cycle de drizzt est une aventure se déroulant sur un siècle environ,il faut vraiment commencer au début pour cerner la vraie personnalité de drizzt: un elfe noir attachant rejeté par ses semblables maléfiques qui décide de quitter les profondeur de la terre pour explorer le monde de la surface. Si il est aussi « torturé » dans gauntlgrym c’est parce qu’il a perdu des gens très cher a son cœur :sad: mais il se fais quand même resserrer les brettelles par jarlaxle :smile: Si il faut recommander un livre en particulier je dirait….: tous! :lol: l’univers est très bien structuré et certaines scènes complétement hilarantes ne doivent pas être loupées!(si j’ai bon souvenir le plus drole était dans l’invasion des ténèbres avec cette chère catti-brie possédée :mrgreen: ) bref j’ai commencé cette série il y a a peu près trois ans et je m’en lasse pas. En tant que lecteur on veut toujours voir drizzt réussir a trouver le bonheur(et une compagne adéquate :oops: )

  7. Leloucheur 30/10/2012 at 16:06 -

    Excellente série en effet même si certains passages m’ont un brin choqués (si si! ) dans le sens ou on fait très souvent crevé ceux étant d’une considérée comme maléfique , exemple (SPOIL) :

    le passage ou il charcute des gobelins considérées comme méchants parce qu’ils ont manqué de respect à la chérie de Drizzt (ce qui peut être assez comique en même tant …

  8. Marco 16/07/2013 at 13:02 -

    Je recommande fortement les 3 premiers livres de la liste de Beberman Terre Natale, Terre d’Exil et Terre promise. Ce sont les plus riches à mon avis en aventures.

Laisser un commentaire »